Ce qu’ils pensent de nous?

Voilà ce que disent de Nouvelle Acropole certains spécialistes en histoire des religions reconnus mondialement :

 

Selon Jean Pierre Bayard (spécialiste de l’ésotérisme, sociétés secrètes, franc maçonnerie) : « Cette école de philosophie, axée sur l’ésotérisme et le symbolisme, organise l’étude comparée des religions par des cours et des conférences sur des sujets variés : mythes, philosophies, sciences, architecture sacrée, arts traditionnels, avec souvent l’apport de conférenciers extérieurs à l’organisation. Des voyages répondent à la même préoccupation spirituelle (Égypte, Grèce, Mexique). Quinze centres en France dispensent un enseignement moral d’un haut niveau en développant la recherche intérieure, en prônant la liberté de conscience et le respect de la personne humaine, en voulant rassembler « des hommes de toutes croyances, races et conditions sociales autour d’un idéal de fraternité universelle ». Publié dans le « guide des sociétés secrètes et des sectes », Oxus 2004.

 

Antoine Faivre, (Directeur de la chaire d’histoire des courants ésotériques et mystiques dans l’Europe moderne et contemporaine à l’Ecole pratique des hautes études (section des sciences religieuses) : « les campagnes de dénigrement dont Nouvelle Acropole fait régulièrement l’objet, et l’épithète de secte plus ou moins dangereuse qui lui est souvent mais abusivement accolée s’expliquent en partie par des déclarations de son fondateur, tant authentiques que supposées, (…). Mais elles s’expliquent surtout par un emploi abusif du mot et de la notion de « secte » responsable d’un syllogisme absurde (si Nouvelle Acropole et le Temple solaire – par exemple – sont des sectes, et si le Temple solaire est responsable de crimes, alors le pire serait à redouter de Nouvelle Acropole aussi). Ce type de raisonnement est reposant pour l’esprit. On peut lui préférer l’étude impartiale des données recueillies. Or, sitôt entreprise, celle-ci révèle non seulement que Nouvelle Acropole n’a jamais fait l’objet de poursuites, mais qu’aucun des critères retenus par la commission parlementaire pour définir la notion de sectes ne paraît devoir s’appliquer à elle ». publié dans « Pour en finir avec les sectes » Juin 1996, Edition Cesnur/Di Giovanni

 

Massimo Introvigne, fondateur du Centre pour l’Etude des Nouvelles Religions (CESNUR) définit Nouvelle Acropole comme étant un mouvement post-théosophique, conjuguant des idées de la Société Théosophique avec d’autres sources mettant l’accent sur l’ésotérisme occidental plutôt qu’oriental, et qui se centre particulièrement sur la philosophie grecque dans la tradition de Pythagore et de Platon.